leçon 1

Le chat, pas si domestique que ça !

Dans la nature, le chat vit sur un territoire de 2 à 3 hectares et consomme 12 à 15 proies quotidiennement. C’est un carnivore strict et solitaire. Même s’il est au contact de l’homme depuis 10 000 ans, le chat n’a pas modifié ses comportements ancestraux. En effet, ce félin domestique a vécu aux côtés de l’homme plus qu’à l’intérieur des maisons. Ainsi, il profitait de l’abondance relative des nuisibles proches des habitations alors que l’homme, en échange, lui assurait bienveillance dans la lutte contre ces mêmes nuisibles.

Tout a changé lorsque le chat est rentré dans les appartements sans pouvoir en sortir. D’un habitat de quelques 20 à 30 000 mètres carrés, il est passé à 60 à 80 mètres carrés !! D’une stimulation permanente par la nécessité de manger toutes les deux ou trois heures, il est passé à une disponibilité ad libitum de ses ressources alimentaires. D’un comportement sexuel saisonnier très consommateur d’énergie, il s’est vu retiré tout envie de recherche du partenaire par les plans de stérilisation généralisés.

C’est donc très récemment que le chat s’est retrouvé dans des conditions totalement nouvelles pour son espèce. D’une vie à côtoyer les dangers en permanence, le chat est passé en quelques années à une vie dans un environnement feutré, confortable et entièrement hypo-stimulant. Il est évident qu’aujourd’hui, le chat en appartement doit plus faire face à l’ennui qu’à l’ennemi, au régime qu’à la famine.